Comportement du tritium dans le sol et les végétaux sur le site d’une installation de traitement du tritium canadienne

Résumé de la présentation/du document technique présenté lors de la :
Conférence internationale sur la radioécologie et la radioactivité environnementale
Du 7 au 12 septembre

Préparé par :
Steve Mihok
Commission canadienne de sûreté nucléaire

Résumé

Le comportement du tritium rejeté sous forme d’eau tritiée (HTO) a fait l’objet d’études exhaustives dont les résultats ont été intégrés à des modèles environnementaux. La dispersion du gaz tritié (HT) et les taux d’oxydation du HT en HTO ont principalement été étudiés dans des conditions contrôlées, et bien peu d’études ont été réalisées dans des conditions naturelles. Pour favoriser l’amélioration des modèles réglementaires, un jardin a été aménagé près d’une installation de traitement du tritium à Pembroke aux fins d’études expérimentales. Des échantillons de sols et de végétaux ont été prélevés afin d’en mesurer le HTO et les composés organiques tritiés (COT), parallèlement à une surveillance de jour et de nuit de la concentration de tritium dans l’air. Le jardin expérimental comprenait une parcelle de gazon naturel de même que des barils remplis de terre végétale dans lesquels on a cultivé du gazon et des légumes assujettis à différents régimes d’irrigation aux fins de comparaison. Les trois régimes d’irrigation étaient les suivants : pluie seulement, eau du robinet à faible teneur en tritium et eau à teneur élevée en tritium. Cette conception permettait de comparer un éventail de conditions présentant une activité initiale du tritium différente dans le sol ainsi qu’un important apport de tritium en provenance de l’air par rapport à l’eau.

La surveillance de l’air a indiqué que le panache était seulement présent de façon sporadique pour de longues périodes durant les heures normales de travail, c’est-à-dire le jour (HT > HTO). L’air contenait en moyenne 3,3 Bq/m3 de HT et 4,7 Bq/m3 de HTO. Le sol indigène présentait des signes d’un taux élevé de COT:HTO (19,5) dans le passé; on a observé une très faible formation de COT dans le sol des barils au cours de cette expérience.

Les végétaux arrosés avec de l’eau à teneur élevée en tritium présentaient des taux de COT:HTO correspondant aux attentes en fonction des modèles actuels (1,0 pour les haricots et les pommes de terre et 1,4 pour le gazon). Par comparaison, les végétaux exposés à de faibles concentrations de tritium dans la pluie et dans l’air ou ayant été arrosés au moyen d’eau du robinet à faible teneur en tritium présentaient un taux très élevé de COT:HTO. Bien que certains taux de COT:HTO observés étaient plus élevés que les prévisions, les doses découlant de l’ingestion de fruits et de légumes demeurent bien inférieures à la limite de dose reçue par le public établie à 1 mSv par année.

Pour obtenir une copie du document associé au résumé, nous vous invitons à communiquer avec nous par courriel à cnsc.info.ccsn@canada.ca ou par téléphone au 613 995 5894 ou au 1 800 668 5284 (au Canada). Veuillez nous indiquer le titre et la date du résumé.

Dernière mise à jour :