Sommaires des rapports de recherche 2008–2009

Cette page Web a été archivée dans le Web.

Contenu archivé

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n'a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s'appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique de communication du gouvernement du Canada, vous pouvez obtenir cette information dans un autre format en communiquant avec nous.

Les rapports des entrepreneurs sont seulement disponibles dans la langue choisie par l'entrepreneur.

Haut de la page

RSP-0240 – Fondement technique du guide G-144, Critères d’acceptation des paramètres de déclenchement aux fins de l’analyse de sûreté des centrales nucléaires CANDU

J. K. Khosla, Nutech Safety Assessment Inc.

(Nota : Ce rapport a été soumis en anglais et est disponible en anglais seulement. Pour plus de renseignements, veuillez vous référer au résumé du rapport ci-dessous.)

Le guide G-144 est un guide d'application de la réglementation de la Commission canadienne de sûreté nucléaire (CCSN) utilisé dans l'analyse de la sûreté d'un ensemble de scénarios d'accident survenant dans des centrales nucléaires et qui sont relativement fréquents. Ce guide précise, entre autres, les valeurs des paramètres d'acceptation à utiliser pour déterminer l'efficacité des paramètres de déclenchement relatifs à l'arrêt d'un réacteur. Les travaux dont il est question ici ont été réalisés sous contrat octroyé par la CCSN, dans le but d'examiner et de compiler les données expérimentales disponibles utilisées dans l'élaboration du guide G-144, et de déterminer si des données plus récentes permettraient d'appuyer l'utilisation des valeurs des critères d'acceptation du guide G-144 ou d'en adopter d'autres qui seraient moins rigoureuses. Dans le présent rapport, on présente le contenu du guide G-144 en regard du cadre réglementaire de la CCSN, ainsi que le contexte historique dans lequel il a été élaboré. On y examine les considérations techniques qui ont mené au choix des paramètres d'acceptation et de leurs valeurs. Les données expérimentales disponibles ont été examinées dans l'optique d'évaluer le niveau d'appui technique qu'elles fournissent aux valeurs des paramètres d'acceptation. Cela constitue l'état actuel du fondement technique du guide G-144.

La conclusion tirée de cette étude est qu'il est nécessaire de réaliser d'autres expériences plus représentatives afin d'appuyer de manière adéquate le critère de la température maximale de la gaine spécifié dans le document G-144. Si l'on envisage de rendre ces critères moins rigoureux, il faudrait dans un premier temps mieux comprendre le comportement des éléments de combustible et des grappes de combustible aux températures dépassant cette valeur.

Haut de la page

RSP-0241 – Facteurs contrôlant le rendement à long terme des systèmes de barrière composite

R. Kerry Rowe

(Nota : Ce rapport a été soumis en anglais et est disponible en anglais seulement. Pour plus de renseignements, veuillez vous référer au résumé du rapport ci-dessous.)

Cet examen s'inscrit dans le cadre de notre examen du document intitulé : « Rapport technique préliminaire sur la conception » (juillet 2006), réalisé en mars 2007. Comme dans le rapport original, cette version légèrement révisée (intitulée maintenant : « Design Description – Volume 1 – Design and Operations Plan ») contient un niveau de détail adéquat pour l'examen de la conception et, à cet effet, nous concluons que la conception a le potentiel d'offrir le rendement prévu par l'évaluation environnementale (EE), en autant que certains détails soient réglés. Bien que cet examen ait permis d'identifier des questions qui n'avaient pas été traitées dans les documents fournis pour l'examen, le fait que l'on n'ait pas fourni ces renseignements n'est pas à critiquer car ce genre de renseignements ne sont généralement pas fournis dans un rapport de conception technique préliminaire. Ils sont plutôt présentés dans le but de faciliter la préparation du rapport détaillé sur la conception.

L'examen des questions détaillées soulevées dans notre examen précédent (mars 2007) du Rapport technique préliminaire sur la conception a été en grande partie reporté à des documents ultérieurs et ces questions ne sont pas présentées avec suffisamment de détail dans les documents actuellement à l'étude pour que nous puissions procéder à une évaluation de la conception proposée qui permettrait de déterminer si la conception pourrait offrir le rendement précisé dans l'EE. Cela s'applique également aux questions qui devraient être traitées, selon la réponse aux commentaires, dans le plan du programme de vérification de la construction qui, suite à un examen, s'est avéré un document de très haut niveau qui devra être complété par un plan de contrôle de la qualité exhaustif dans la conception détaillée. Nous sommes également préoccupés par ce qui a été demandé à l'entrepreneur, contrairement à l'ingénieur de conception, dans le cadre de l'élaboration du plan de vérification de la construction. L'entrepreneur doit avoir un plan de contrôle de la qualité et des procédures en place, mais il doit également y avoir un programme bien défini et indépendant portant sur l'assurance de la qualité de la construction et la vérification.

La description préliminaire de la conception du Rapport sommaire sur les changements techniques a été examinée du point de vue des questions liées à la couverture et au revêtement. à l'exception du changement relatif à une couche de drainage géocomposite dans la base de l'IGLtd, à notre avis, les changements liés à la couverture et au revêtement effectués suite à l'EE semblent appropriés et n'auront pas d'incidences négatives sur l'EE (c'est-à-dire qu'ils ne devraient pas accroître les incidences environnementales potentielles). L'insertion de la couche de drainage géocomposite dans le système de collecte principal du lixiviat a le potentiel de causer des contraintes de traction élevées dans la géomembrane (GM, de l'anglais geomembrane) de la base, ce qui pourrait raccourcir la durée de vie de la GM (ces préoccupations ne sont pas présentes dans la couverture en raison du fait que les contraintes y sont moins élevées). On peut régler cette question en effectuant des essais spécialisés sur le matériau géocomposite proposé, en exerçant sur celui-ci des contraintes semblables aux contraintes maximales prévues dans l'installation, afin de s'assurer qu'il n'y aura pas de contraintes excessives exercées sur la GM lors de son utilisation. Le matériau géocomposite ne devrait pas être utilisé sans que l'on ait d'abord procédé à de telles vérifications. Il est recommandé d'envisager une autre conception détaillée pour le système principal de collecte du lixiviat, afin d'assurer a) une meilleure protection de la GM (dans le but d'atteindre une durée de vie en service nominale de 500 ans), et b) un rendement intéressant (500 ans) à long terme de la couche de drainage granulaire.

La question qui nous préoccupait antérieurement concernant le retrait du réseau de conduites de collecte du lixiviat de la géomembrane HDPE (de l'anglais high density polyethylene) dans le système principal de collecte du lixiviat a été réglée par la réintroduction des conduites dans la couche de drainage granulaire.

Le Manuel du programme de gestion et de protection de l'environnement a été examiné en regard des questions liées à la couverture et au revêtement. De façon générale, ce qui est proposé concernant la couverture et le revêtement est raisonnable. Cependant, un certain nombre de questions ont été soulevées et seront examinées dans la conception détaillée et dans la prochaine révision du présent document. Ces questions spécifiques se rapportent aux sujets suivants :

  • surveillance de l'écoulement des systèmes de collecte primaire et secondaire durant l'étape de la construction et du développement
  • la fréquence de la surveillance de la couche de collecte secondaire après les cinq premières années de la période de surveillance
  • le niveau de contrôle administratif pour l'enlèvement du fluide se trouvant dans le système secondaire de collecte du lixiviat
  • l'interprétation des fuites basée sur les principaux cations et anions dans le fluide de la couche de collecte secondaire
  • le fait que l'eau dans le système secondaire de collecte du lixiviat devrait être composée principalement de vapeur atmosphérique condensée

Le rapport détaillé sur la conception doit fournir des renseignements exhaustifs et détaillés sur la conception et les spécifications de tous les composants de la couverture et des couches de base. Les questions suivantes, qui ont été mises en lumière dans l'examen antérieur et dans l'examen actuel, doivent notamment être traitées :

  • spécification des limites de la courbe granulométrique pour les matériaux granulaires dans les systèmes de collecte primaire et secondaire du lixiviat (en plus de la conductivité hydraulique)
  • redondance pour ce qui est du puisard dans les systèmes de collecte du lixiviat (cela a été convenu en réponse aux commentaires)
  • protection adéquate des géomembranes des couches primaire et secondaire
  • prise en compte du potentiel de compatibilité argile-lixiviat dans le cas des revêtements d'argile compactés et géosynthétiques
  • prise en compte du potentiel d'échange de cations entre la couche d'argile géosynthétique (GCL, de l'anglais geosynthetic clay liner) et les sols adjacents
  • prise en compte du potentiel de gel-dégel de la GCL dans la couverture de la décharge
  • mesures visant à réduire au minimum le risque de dessiccation ou de retrait de la GCL et d'ouverture des panneaux de la GCL durant la construction
  • mesures à prendre dans le but de réduire au minimum la formation de plis dans la géomembrane ou de trous qui pourraient se former dans la géomembrane durant la mise en place des couches de drainage
  • procédures permettant de réduire au minimum le risque que des dommages soient causés à la géomembrane pendant la durée de vie utile de la décharge

Un plan détaillé d'assurance de la qualité de la construction (plan d'AQC) devrait être élaboré pour la construction du revêtement et de la couverture. Le plan d'AQC comprendrait la surveillance sur le site, les essais de terrain, les essais en laboratoire et la documentation sur les activités de construction et les résultats des essais. Un rapport sur le plan d'AQC devrait être fourni à l'autorité réglementaire sur une base mensuelle. Tout écart important non corrigé ou non approuvé par rapport aux plans de conception et aux spécifications devrait être porté à l'attention des propriétaires et des organismes de réglementation le plus tôt possible.

Il devrait y avoir deux inspections réglementaires de la construction non annoncées chaque année où des éléments de revêtement et de couverture sont mis en place, afin d'assurer la conformité aux plans de construction et aux plans connexes de contrôle de la qualité et de vérification.

à la fin de chaque saison de construction, l'ingénieur chargé de l'AQC doit fournir à l'organisme de réglementation un rapport sur les travaux de construction réalisés durant l'année, les résultats des essais d'AQC, la conformité aux plans de construction et aux spécifications, et les conclusions.

Un rapport sur la surveillance des lieux, contenant les résultats de la surveillance en ce qui a trait au rendement de l'installation, ainsi que des recommandations relatives aux mesures à prendre ultérieurement doit être présenté à l'organisme de réglementation chaque année. Les rapports doivent être examinés par l'organisme de réglementation (ou par un représentant désigné) en temps opportun, et tout problème doit être traité rapidement.

Il est essentiel que le rapport détaillé sur la conception et le plan d'AQC soient assujettis à un examen technique indépendant, étant donné que le rendement à long terme de l'installation dépend grandement de ces renseignements détaillés.

En résumé, tel qu'indiqué dans notre examen précédent, nous estimons que la conception originale de la couverture et du revêtement de l'IGLtd de Port Hope, telle que détaillée dans les documents examinés, est jugée satisfaisante dans l'ensemble. Étant donné que a) les questions soulevées ici et dans notre examen antérieur (qui sont mentionnées de nouveau dans le présent examen sans documents à l'appui des commentaires pour le moment) ont été réglées, et que b) la conception détaillée, les spécifications, les plans de construction et le plan d'AQC sont assujettis à un examen exhaustif par les pairs, c) qu'un plan d'assurance de la qualité de la construction est suivi durant la construction, et d) qu'il y a des activités appropriées d'entretien et de surveillance sur le long terme, il est probable que la « vitesse d'infiltration inférieure à 1mm/an » à l'extérieur, prévue par le Rapport d'étude sur l'évaluation environnementale, sera respectée suite à la fermeture du site et pour les 500 années qui suivront. Les documents précités doivent être présentés suffisamment tôt pour que l'examen par les pairs et la révision (si nécessaire) puissent être effectués avant l'approbation finale par la CCSN et les appels d'offres.

Haut de la page

RSP-0242 – Vérification du code d’analyse du cœur PROMETHEUS et de son option avancée

Delft Nuclear Consultancy

(Nota : Ce rapport a été soumis en anglais et est disponible en anglais seulement. Pour plus de renseignements, veuillez vous référer au résumé du rapport ci-dessous.)

Divers aspects du programme d'analyse du cœur PROMETHEUS ont été examinés afin de vérifier si le programme pouvait être utilisé de manière fiable dans l'analyse du cœur du réacteur.

La programmation du programme a été convertie en Fortran‑90 et toutes les structures de programmation qui ne sont pas conformes à la norme Fortran‑90 ont été remplacées. Cela rend le programme entièrement adaptable à d'autres plateformes informatiques et à d'autres compilateurs Fortran‑90.

De nombreuses corrections et améliorations ont été apportées à la programmation du code pour exécuter les différentes options correctement.

La description des entrées dans le manuel du programme a été mise à jour et considérablement élargie pour inclure tous les résultats.

On a déduit, à la lumière de la programmation actuelle, que la version du programme PROMETHEUS, telle que fournie par la CCSN, est une version épurée du programme original qui a été élaboré à la DUT (Delft University of Technology), aux Pays-Bas. Par conséquent, plusieurs options pouvant être choisies dans le fichier d'entrées ne peuvent pas réellement être exécutées, particulièrement l'option relative aux calculs dépendant du temps et aux calculs de la combustion.

Il a été observé que les conditions limites suivant les axes x et y, autres que les limites réfléchissantes, ne fonctionnent pas correctement. La cause de cette lacune n'a pas pu être déterminée.

Les calculs relatifs à la criticité effectués avec le programme PROMETHEUS ont été testés pour un certain nombre de cas de complexité différente. Dans tous les cas, des sections efficaces à trois groupes ont été utilisées. Dans le cas des problèmes plus simples sur le plan géométrique, les résultats pour le facteur de multiplication effectif et les distributions du flux ont été comparées avec la solution analytique des équations de diffusion multigroupe et la concordance s'est avérée excellente. Pour comparer la distribution du flux avec les résultats d'analyse, un programme a été créé pour convertir le fichier de sortie de flux binaire en un fichier ASCII pouvant être lu directement, et pouvant également être importé dans un fichier Excel du type tableur en vue de la représentation graphique.

Les résultats pour un système 3D plus complexe sur le plan géométrique ont été comparés à ceux d'un autre programme de diffusion multi-groupe pour la résolution des équations de diffusion. Une bonne concordance des résultats a également été obtenue dans ce cas. Il a été conclu que le programme PROMETHEUS est effectivement en mesure de résoudre les équations de diffusion multigroupe pour les problèmes de criticité des réacteurs.

Le programme PROMETHEUS a également fait l'objet d'un essai visant à vérifier les options se rapportant à la rétroaction thermohydraulique. Quelques cas d'entrée ont été composés pour exécuter le modèle simple et le modèle détaillé de thermohydraulique inclus dans le programme PROMETHEUS. Plusieurs corrections et améliorations au code ont dû être faites pour exécuter ces options. La description des entrées a été considérablement améliorée et élargie.

Le modèle simple de thermohydraulique s'applique seulement à un calcul dépendant du temps, qui n'a pu être vérifié. Un essai avec une température de combustible initiale différente de la température de base, ainsi que la rétroaction pour ce qui est des sections efficaces, ont pu être vérifiées de manière détaillée et ont permis d'obtenir des résultats corrects.

Le modèle de thermohydraulique détaillé a pu être mis à l'essai en particulier pour un calcul de criticité statique. Des résultats fiables sur le plan physique pour ce qui est du combustible, ainsi que pour la température et la masse volumique du caloporteur ont été obtenus, de même qu'un facteur de multiplication efficace et un profil du flux axial.

Nous avons conclu que le programme PROMETHEUS est effectivement en mesure d'effectuer des calculs de la criticité statique avec rétroaction thermohydraulique. De tels calculs peuvent donner des renseignements détaillés sur le comportement du combustible qui dépend de l'espace, et sur la température du combustible et du caloporteur, de même que sur la masse volumique du caloporteur.

Pour la modélisation des barres de contrôle dans PROMETHEUS, deux options différentes sont disponibles : l'option de la barre de réglage totalement absorbante et un modèle détaillé représentant les différentes parties d'une barre de commande. La modélisation a été vérifiée à l'aide de différents cas d'entrée afin de s'assurer que l'option de la barre de réglage totalement absorbante fonctionne correctement. Le modèle détaillé montre certaines limites et exige une mise à jour plus approfondie des descriptions des entrées pour une interprétation correcte des entrées nécessaires et pour le fonctionnement correct de l'option.

L'option relative à un calcul à dépendance temporelle a seulement pu être testée pour ce qui concerne les éléments d'entrée nécessaires. à cette fin, le programme PROMETHEUS a dû être élargi avec un certain nombre de sous-programmes. La description de l'entrée pour cette option a pu être corrigée et élargie. Aucun calcul réel à dépendance temporelle n'a pu être effectué, car le programme PROMETHEUS dans sa forme actuelle ne contient pas de module relatif à la dépendance temporelle.

L'option de PROMETHEUS permettant d'effectuer des calculs de combustion n'a pu être réellement mise à l'essai, car le module de combustion n'était pas contenu dans la version actuelle du programme. Seule une lecture d'entrée pour cette option a pu être vérifiée. Un certain nombre de recommandations sont formulées pour faire du programme PROMETHEUS un outil polyvalent pour l'analyse du cœur du réacteur et des accidents. Les plus urgentes ont pour but de corriger l'effet des conditions limites non réfléchissantes dans les axes x et y, de transformer le programme PROMETHEUS en un programme à forme modulaire pouvant être exécuté dans Windows et d'ajouter les modules nécessaires pour le traitement des sections efficaces, la dépendance temporelle et la combustion.

Haut de la page

RSP-0243 – Examen du contrôle du rayonnement gamma de surface effectué par AREVA dans les zones perturbées du projet Cluff Lake

SENES Consultants Limited

(Nota : Ce rapport a été soumis en anglais et est disponible en anglais seulement. Pour plus de renseignements, veuillez vous référer au résumé du rapport ci-dessous.)

AREVA Canada Resources Inc. (AREVA) s'emploie actuellement à déclasser le site d'extraction minière d'uranium de Cluff Lake; elle a restauré les neuf zones les plus perturbées par les activités de la mine, notamment la zone de gestion des résidus et les zones d'extraction minière. Le rapport « Submission for Gamma Radiation Clearance Cluff Lake Project » soumis à l'attention de la CCSN décrit les résultats des contrôles effectués par AREVA dans ces zones. Selon ce rapport, les critères d'assainissement ont été respectés (à l'exception de la zone D-Pit, qui ne satisfait pas à une des directives du principe ALARA).

Une procédure proposée pour l'acceptation du rayonnement gamma, CL-RP-62 Rev 0, a été approuvée par la CCSN. Cette procédure décrit la base de dose des critères, une procédure de collecte des données à haute densité à l'aide de détecteurs de rayonnement liés à des systèmes GPS, le traitement des données et les résultats à inclure dans le rapport de contrôle. La procédure de collecte des données peut être utilisée dans plusieurs autres mines durant la restauration et le déclassement.

En janvier 2008, la CCSN a demandé une vérification indépendante à SENES Consultants Limited (SENES) pour déterminer si : i) le critère de 1,0 µSv/h moyen sur des zones de 10 000 m2 était fondé en dose à l'aide de considérations spécifiques aux sites; ii) AREVA a utilisé les procédures approuvées CL-RP-62 Rev 0; iii) les résultats du rapport d'AREVA respectaient les critères et les directives d'acceptation. Cette vérification a révélé qu'AREVA a respecté ces exigences. Bien qu'AREVA ait suivi la procédure approuvée par la CCSN pour ce contrôle, des commentaires visant à améliorer les contrôles ultérieurs ont été formulés. Ce rapport présente un résumé de ces commentaires.

Le plan d'un contrôle de vérification sur place a été élaboré pour obtenir les débits de dose de rayonnement gamma dans les zones particulièrement préoccupantes pour la CCSN, et pour comparer ces données avec les résultats obtenus par AREVA pour les mêmes zones. Ce contrôle de vérification sur le terrain a été effectué en juillet 2008 à l'aide d'une procédure de collecte des données semblable à celle utilisée par AREVA. Les niveaux de rayonnement gamma indiqués dans le contrôle d'AREVA et le contrôle de vérification incluent une quantité négligeable de rayonnement cosmique; les détecteurs sont insensibles au rayonnement gamma cosmique, et le taux d'électrons du rayonnement cosmique à la surface de la Terre est faible par comparaison au rayonnement terrestre.

L'analyse des données a indiqué que la majorité des résultats des zones contrôlées étaient à 0,05 µSv/h ou moins des résultats obtenus par AREVA. Cependant, on a constaté un changement dans les conditions de certains sites entre les contrôles. Certains sites ont montré des niveaux d'exposition aux rayons gamma plus faibles dans le dernier contrôle que dans les contrôles précédents. Dans d'autres cas, les niveaux de rayonnement gamma ont augmenté depuis le contrôle effectué par AREVA.

Un examen de la zone des cuves des résidus de traitement a été effectué pour reproduire l'évaluation originale avec les critères et les directives utilisés par AREVA. Le périmètre sélectionné par AREVA concordait avec les limites des zones perturbées ouvertes. Les niveaux de rayonnement gamma ont été légèrement supérieurs dans cette zone en comparaison avec les mesures faites par AREVA, mais l'évaluation par rapport aux critères et aux directives du principe ALARA correspondent à l'évaluation originale d'AREVA.

Selon un des critères mentionnés dans le rapport de contrôle d'AREVA, le maximum de chacune des mesures devrait se situer sous 2,5 µSv/h; cependant, il n'y a pas de dose de base pour cette valeur. La détection de tels emplacements et la reproduction des contrôles précédents sont difficiles, en particulier dans le cas d'emplacements de dimension réduite; elles dépendent d'un grand nombre de facteurs, comme l'espacement entre les transects, la vitesse de déplacement durant le contrôle et le temps d'établissement des moyennes du détecteur. Il est recommandé d'exiger dans les contrôles ultérieurs des rayonnements gamma des zones plus petites pouvant être mesurées et reproduites au lieu d'effectuer une seule mesure. Dans une zone restreinte (environ 1 m de diamètre) on a détecté durant le contrôle de vérification une exposition aux rayons gamma maximale de 5,7 µSv/h.

Les conclusions du contrôle de vérification sont qu'AREVA a suivi la procédure approuvée pour effectuer le contrôle du rayonnement gamma et interpréter les résultats. Un certain nombre de commentaires visant à améliorer les contrôles ultérieurs et la communication des résultats de ces types de contrôle ont été fournis. Dans la majorité des zones contrôlées, le contrôle de vérification effectué sur place a révélé des niveaux de rayonnement gamma très semblables aux résultats du contrôle effectué par AREVA. Certaines augmentations et diminutions dans les niveaux de rayonnement gamma ont été constatées, ce qui indique de possibles changements dans les conditions de site entre les deux contrôles. Il est peu probable que ces changements affectent l'évaluation effectuée avec les critères.

Haut de la page

RSP-0244 – Charges sur les tubes de générateur de vapeur pendant la rupture de la conduite de vapeur principale : Phase 1

David S. Weaver, Université McMaster

(Nota : Ce rapport a été soumis en anglais et est disponible en anglais seulement. Pour plus de renseignements, veuillez vous référer au résumé du rapport ci-dessous.)

Le bris d'une conduite principale survenant dans une centrale nucléaire CANDU peut donner lieu à une purge rapide des générateurs de vapeur. La vitesse d'écoulement résultante de part et d'autre des tubes de générateur de vapeur risque alors de générer une charge transitoire qui est difficile à prévoir. Comme ces tubes constituent la frontière entre les fluides primaires irradiés et le caloporteur côté secondaire, leur intégrité structurale est extrêmement importante. L'objectif global du projet est d'améliorer les connaissances sur la nature de cette charge transitoire et de mieux la prévoir, grâce à des études expérimentales.

Le présent rapport résume les résultats de la phase 1 de cette étude qui consistait à concevoir et à construire de l'équipement expérimental permettant de réaliser des simulations de la purge. Un aperçu du concept de l'équipement expérimental permettant de réaliser ces expériences ainsi que des dessins détaillés de l'équipement et de ses composants sont présentés.

Haut de la page

RSP-0245 – Élaboration d’une approche intégrée pour la mise en œuvre d’une méthode de la qualité acquise

Jean Couillard

(Nota : Ce rapport a été soumis en anglais et est disponible en anglais seulement. Pour plus de renseignements, veuillez vous référer au résumé du rapport ci-dessous.)

Ce rapport final est présenté en conformité avec la portée du travail décrite dans le contrat 87055-1175 – R354.2 et la modification no 1 au contrat 87055-07-1175 – « R354.2 – Élaboration d'une approche intégrée pour la mise en œuvre d'une méthode de la qualité acquise ». Il propose une approche intégrée pour l'application de la méthode de qualité acquise (MQA) aux projets de la Division de l'évaluation technique de l'exploitation (DETE) et donne un exemple de l'utilisation de l'approche pour le contrôle de la qualité des projets. Le but de cette initiative était d'élaborer une approche de gestion de la qualité rigoureuse, utile et conviviale dans les projets de la DETE.

Il a été décidé d'utiliser la MQA, car en plus de permettre de définir les critères de qualité requis pour répondre aux besoins et aux attentes des parties intéressées, elle permet d'évaluer les niveaux d'avancement tout au long du projet. Toutefois, la MQA est une méthode complexe dont l'application exige une approche systématique et flexible. Ce rapport décrit l'approche élaborée pour mettre en œuvre la MQA. L'approche proposée contient les huit étapes suivantes :

  1. rédiger un énoncé des besoins
  2. effectuer une analyse des parties intéressées
  3. élaborer une proposition de valeur
  4. rédiger un énoncé de portée du projet
  5. élaborer les structures de répartition de la qualité (SRQ)
  6. élaborer un cadre logique – millénaire (CL-M)
  7. élaborer une structure de répartition du travail (SRT)
  8. mesurer et contrôler la qualité acquise (QA)

Les huit étapes de la nouvelle approche garantissent que toute l'information requise pour appliquer la MQA est disponible dans le format approprié.

Dans la première étape, « Rédiger un énoncé des besoins », on définit un problème ou une occasion en comparant une situation indésirable et une situation souhaitable; de même, l'effet attendu de la situation souhaitable sur la mission de l'organisation ou sur ses priorités est déterminé. Selon l'énoncé des besoins, un nom est proposé pour le projet. Dans la deuxième étape, « Effectuer une analyse des parties intéressées », les parties intéressées du projet, leurs besoins et leurs attentes à l'égard du projet proposé sont définis. Dans la troisième étape, « Élaborer une proposition de valeur », les options de traitement du problème ou de l'occasion sont définies et comparées afin de déterminer quelle est la meilleure. Les options sont comparées en fonction de leur valeur pour l'organisation (contributions à la mission de l'organisation), leurs retombées (les contributions pour la situation souhaitable), leur coût, le temps nécessaire pour en obtenir les livrables, et leur risque. Dans la quatrième étape, « Rédiger un énoncé de portée du projet », le coût, le délai d'exécution et les attributs de qualité (exigences des clients) de chaque livrable sont précisés dans l'option privilégiée. Dans la cinquième étape, « Élaborer les structures de répartition de la qualité » (SRQ), une SRQ est utilisée pour subdiviser les attributs de qualité définis à l'étape précédente de chaque livrable en critères de qualité mesurables, et une fonction d'évaluation pour chaque critère est élaborée. Dans la sixième étape, « Élaborer un cadre logique – millénaire (CL-M)», un CL-M donne une vision concise et complète du projet à l'aide de l'information obtenue dans les étapes précédentes. Dans la septième étape, « Élaborer une structure de répartition du travail (SRT) », une SRT est élaborée pour définir toutes les tâches requises pour produire les livrables selon leur coût, leur délai et leurs objectifs de qualité, et un calendrier de projet est proposé. Dans la dernière étape, « Mesurer et contrôler la qualité acquise (QA) », les activités de la SRT sont liées aux critères de qualité de la SRQ afin que tous les critères de qualité soient soutenus par au moins une activité de la SRT et pour permettre de mesurer et de contrôler la qualité acquise tout au long du cycle de vie du projet.

Élaborer la SRQ et la SRT et les lier ensemble prend parfois beaucoup de temps; les mettre à jour en prend parfois encore plus. Des gabarits élaborés sur Excel sont proposés pour guider les membres de l'équipe de projet dans la marche à suivre de la nouvelle approche. Les liens entre les gabarits assurent une uniformité entre les étapes.

à l'aide de deux projets en cours à la CCSN, la convivialité et la précision des gabarits ont été mises à l'épreuve à la fin de septembre 2009. L'analyse des résultats de l'épreuve a révélé que les gabarits devaient être simplifiés et intégrés davantage. Par conséquent, ils ont été modifiés de façon significative pour enlever toutes les données redondantes ou superflues. Des liens entre les champs communs ont été ajoutés pour éviter la saisie en double de l'information. De plus, le format de certains gabarits a été simplifié en remplaçant les graphiques par des tableaux. Avec ces modifications, les gabarits sont plus faciles à utiliser et plus faciles à modifier. La possibilité d'utiliser les chartes de Gantt a aussi été ajoutée. Avec cet ajout, l'utilisation d'autres logiciels d'établissement des calendriers des projets n'est plus nécessaire. à notre connaissance, aucun autre gabarit en Excel ne présente les mêmes capacités.

Ce rapport utilise des exemples provenant du projet de développement de modèle lié à la défectuosité des tubes des générateurs de vapeur pour montrer de quelle façon utiliser les gabarits pour mettre en œuvre la MQA. Les exemples ont abordé toutes les étapes de l'approche et devraient aider les équipes de projet dans leur mise en œuvre.

Une approche rigoureuse et flexible a été élaborée pour appliquer la MQE aux projets de la DETE. Cette approche devrait faire partie du contrôle de la qualité effectué par les équipes de tous les projets. L'approche intégrée devrait augmenter les chances de succès des projets en fournissant une approche systématique de gestion de la qualité des projets de R-D et en permettant de mesurer et de contrôler périodiquement le rendement des projets.

Haut de la page

RSP-0246 – Évaluation des codes informatiques pour un accident grave aux centrales nucléaires CANDU

Université de Bucharest

(Nota : Ce rapport a été soumis en anglais et est disponible en anglais seulement. Pour plus de renseignements, veuillez vous référer au résumé du rapport ci-dessous.)

Le rapport décrit les travaux réalisés pour la CCSN dans le but :

  1. déterminer les codes informatiques qui ont été utilisés dans l'analyse déterministe réalisée à l'appui des évaluations d'accidents graves qui surviennent dans des réacteurs CANDU et de fournir des descriptions générales de ces codes informatiques
  2. d'étudier les principaux attributs du code SCDAP/RELAP5 et de recommander des améliorations qui pourraient lui être apportées
  3. de comparer les fonctionnalités et les limites des codes informatiques déterminés en fonction de l'information disponible dans des sources publiées

Le rapport fait ressortir les attributs et les fonctionnalités clés des codes MAAP-CANDU et ISAAC, et traite des résultats de sources publiées obtenus au moyen de ces deux codes. Il souligne également la principale limite de ces codes. Le rapport présente en détail les modèles mathématiques de RELAP et de SCDAP, la validation du code SCDAP/RELAP5 et l'application de ce code aux analyses des réacteurs CANDU jusqu'à maintenant. Un certain nombre d'améliorations au code SCDAP/RELAP5 ont été proposées afin d'accroître l'analysabilité des accidents graves aux centrales nucléaires CANDU.

Haut de la page

RSP-0247 – Étude sur le devenir environnemental du tritium dans l’atmosphère

Don Hart ECOMEtrIX Incorporated, en association avec RWDI Air Inc.

(Nota : Ce rapport a été soumis en anglais et est disponible en anglais seulement. Pour plus de renseignements, veuillez vous référer au résumé du rapport ci-dessous.)

Ce rapport examine la documentation sur le devenir environnemental et le comportement du tritium dans l'atmosphère, y compris le transfert du tritium et son comportement dans un milieu hydrologique. Il commence par une description des différentes sources anthropiques et naturelles de tritium, des formes chimiques du tritium et de son comportement physique et chimique dans l'atmosphère. Le rapport décrit également la dynamique du tritium dans le cycle hydrologique, y compris le transfert du tritium de l'air vers l'eau du sol et les eaux de surface, le transport du tritium de l'eau du sol vers les eaux souterraines et le comportement du tritium dans les lacs et rivières (milieux récepteurs).

Les méthodes de modélisation utilisées pour représenter la dispersion atmosphérique du tritium provenant de sources ponctuelles sont décrites, ainsi que la répartition du tritium (HTO) allant de l'air à l'eau du sol, à l'eau de surface et aux eaux souterraines. La modélisation a été réalisée pour un certain nombre d'installations autorisées qui rejettent du tritium, et les prévisions des modèles ont été comparées aux concentrations mesurées dans l'environnement. à la lumière de ces comparaisons, notre capacité à prévoir les concentrations environnementales d'après les connaissances actuelles sur le comportement du tritium est examinée, et les facteurs contribuant aux incertitudes du modèle sont décrits.

Le modèle de dispersion gaussien à moyenne de zone, tel que décrit dans la norme de CSA N288.1-08, a été appliqué pour un certain nombre de centrales nucléaires et installations de fabrication de sources autolumineuses au tritium. Dans tous les cas, le modèle était prudent, avec une tendance à la surprévision de la concentration du tritium dans l'air. Dans trois des cas, les prévisions étaient légèrement supérieures aux valeurs annuelles moyennes mesurées (soit 20 à 83 % plus élevées, en moyenne, généralement d'un facteur de 2). Dans deux des cas, les concentrations de tritium étaient des surprévisions plus importantes d'un facteur de 2 ou 3 fois en moyenne. Les valeurs mesurées dans l'air sont incertaines, en raison des différences non résolues entre les échantillonneurs d'air actifs et passifs.

Le tritium prévu par le modèle dans l'eau du sol a été comparé soit à l'eau dans le sol mesurée, soit à l'eau de pluie mesurée (étant donné que l'eau dans le sol provient de la pluie ou qu'elle y est semblable). Dans trois des cas, les prévisions étaient légèrement supérieures aux valeurs mesurées (35 à 62 % en moyenne, généralement d'un facteur de 2). Dans un des cas, le tritium dans l'eau du sol était une surprévision plus importante, correspondant à une valeur 2 fois plus élevée en moyenne. Il a été constaté que, lorsque les concentrations dans l'air changent rapidement, celles de l'eau dans le sol accusent parfois un certain retard.

Le tritium prévu par le modèle dans les eaux souterraines a été comparé aux concentrations mesurées dans les eaux souterraines pour une installation et était 52 % plus élevée en moyenne (généralement d'un facteur de 3). Il a été remarqué que les puits souterrains pouvaient être influencés par l'accumulation de neige à proximité, ou par un écoulement d'eaux souterraines horizontal, ainsi que par des infiltrations verticales, et qu'ils sont assujettis à des variations locales dans les conditions de sub-surface. Les retards accusés par les eaux souterraines par rapport à l'eau dans le sol sont basés sur la profondeur de puits et sur le temps de déplacement vertical.

Le tritium prévu par le modèle dans les eaux stagnantes a été comparé aux mesures effectuées dans les eaux stagnantes d'une installation et était 28 % plus élevé en moyenne (généralement d'un facteur de 2). On a remarqué que les étangs et les marais peuvent être assujettis à des arrivées d'eau de sol ou d'eaux souterraines et qu'ils pourraient ne pas être à l'équilibre avec les concentrations locales actuelles dans l'air. Les principales préoccupations associées au tritium sur le plan réglementaire se rattachent aux zones se trouvant à proximité d'une source atmosphérique émettant du tritium sur le long terme (dans un rayon de 1 km), et dans lesquelles des personnes utilisent l'eau de puits et consomment des produits maraîchers.

Les recommandations comprennent la réalisation d'études visant à résoudre les problèmes souvent associés aux écarts observés entre les résultats des échantillonneurs d'air passifs et ceux des échantillonneurs d'air actifs, et la réalisation d'études en champ proche portant sur l'air, l'eau dans le sol et les eaux souterraines, afin de mieux comprendre les retards qui surviennent dans les changements de concentrations dans l'eau du sol et dans les eaux souterraines, ainsi que l'importance des effets se produisant en amont.

Dernière mise à jour :