Allocution de Rumina Velshi, présidente, a l’organisation North American Young Generation in Nuclear

Le 27 février 2019

Ottawa (Ontario)

Le texte prononcé fait foi

Bon après-midi,

Je m’appelle Rumina Velshi et je suis présidente et première dirigeante de la Commission canadienne de sûreté nucléaire, ou CCSN. La CCSN réglemente le secteur nucléaire au Canada. Autrement dit, si une entreprise veut utiliser une technologie nucléaire, elle doit d’abord obtenir un permis de la CCSN, qui comprend des conditions et des obligations de sûreté. Nous vérifions ensuite que l’entreprise respecte ces conditions.

Je suis très heureuse de voir tant de jeunes gens énergétiques et passionnés à l’atelier d’aujourd’hui. Le niveau de talent et d’enthousiasme des diplômés d’aujourd’hui est de bon augure pour le secteur nucléaire et son avenir. Maintenant plus que jamais, le secteur nucléaire est un excellent endroit où bâtir sa carrière et être un leader. Je vois que vous êtes tous des professionnels doués, compétents et qualifiés et que vous songez à votre avenir. Vous avez sans doute tous les diplômes et les attestations qui vous aideront à décrocher des emplois – mais ce n’est pas assez.

Une carrière réussie ne dépend pas uniquement de l’excellence et des connaissances techniques, que nous appelons souvent « compétences spécialisées ». Afin d’avoir un profil de compétences équilibré, il est de plus en plus évident qu’il faut aussi avoir des « compétences générales ». En fait, des recherches du Stanford Research Institute et de la fondation Carnegie Mellon indiquent que 75 % du succès à long terme dépend de votre capacité à maîtriser les compétences générales.

De même, des recherches de longue date effectuées par Google sur ses employés ont révélé que les compétences spécialisées sont importantes – mais qu’elles ne suffisent pas. Les plus importantes caractéristiques du succès à Google sont les compétences générales, comme l’empathie et la communication. Mais de quoi s’agit-il concrètement? Ne laissez pas le mot « générales » vous tromper – ces compétences sont essentielles. Il s’agit des caractéristiques clés qui vous permettent d’interagir efficacement et en harmonie avec d’autres personnes. Je les appelle aussi « aptitudes en relations humaines », et elles sont indéniablement fondées en grande partie sur votre confiance et votre habileté à communiquer. Elles incluent votre capacité d’être un joueur d’équipe et de montrer votre potentiel de leader.

Un sondage réalisé en 2018 par l’association nationale des collèges et des employeurs des États-Unis a montré que les employeurs cherchent de plus en plus des candidats accomplis qui sont capables de résoudre des problèmes, de travailler en équipe et de communiquer à l’écrit avec facilité.

Quand j’ai accepté de venir vous parler, j’ai réfléchi à mes propres expériences au fil de ma carrière et au nombre de décisions ou de projets importants qui ont été faits en fonction d’une analyse technique seulement, et la réponse a été « presque aucun ». Plusieurs opinions sont prises en considération et souvent, ces opinions ne sont pas accompagnées par des chiffres. Telle est la réalité du monde dans lequel nous vivons.

J’espère que votre présence ici signifie que vous reconnaissez toute l’importance du travail qu’il reste à réaliser dans le secteur nucléaire – qu’il s’agisse des nouvelles technologies de réacteurs, de l’exploitation des installations nucléaires, de la gestion des déchets radioactifs, ou encore du déclassement. Je ne crois pas que c’est un cliché de dire que vous faites partie d’une génération d’innovateurs. Comment pourrait-il en être autrement? Dans ce monde interconnecté, vous avez dû trouver votre chemin et vous démarquer des autres d’une façon quasi inconcevable pour les gens de ma génération. Et tout comme pour les changements climatiques, on vous demande de régler des problèmes dont vous n’êtes pas responsables, mais dont vous avez hérité.

Un exemple que j’ai vu dernièrement et qui me donne de l’espoir, car il s’apparente beaucoup à votre situation, est celui de Boyan Slat. Boyan est le jeune inventeur de 24 ans des Pays-Bas qui a créé l’organisme sans but lucratif appelé The Ocean Cleanup, dont il est d’ailleurs premier dirigeant. Boyan a fondé l’organisme en 2013, se donnant pour mission d’éliminer les matières plastiques des océans après avoir constaté l’ampleur du problème que pose cette pollution alors qu’il faisait de la plongée en Grèce en 2011.  Il a conçu un système de digues modulaires alimentées à l’énergie solaire qui flottent sur l’eau et recueillent passivement les déchets de plastique. Il a obtenu un soutien financier important pour son projet, mais il a aussi été visé par le scepticisme et la critique de beaucoup de gens de la communauté scientifique. Il affirme qu’il n’a jamais envisagé son système comme étant la solution ultime, mais plutôt comme une partie de la solution à un problème d’envergure.

En octobre dernier, son système de digues a été transporté jusqu’au grand vortex de déchets du Pacifique, à mi-chemin entre la Californie et Hawaï, afin d’être soumis à ses premiers essais véritables. Son invention n’a pas fonctionné comme il l’espérait, à la grande joie de beaucoup de ses critiques. Mais Boyan et son équipe ne se sont pas laissé décourager et, par-dessus tout, leurs bailleurs de fonds ne les ont pas abandonnés. Ils ont ramené le système de digues sur la terre ferme afin de le réparer et de le modifier en appliquant les leçons apprises, et ils comptent bien le déployer à nouveau en mer dès que possible.

Pourquoi vous ai-je relaté cette histoire? Selon moi, elle illustre bien la détermination qui se dégage de vous et des jeunes gens en général. Vous êtes prêts à vous attaquer aux problèmes qui se posent dans le monde et à chercher des façons novatrices de les régler. L’histoire de Boyan ne correspond peut-être pas exactement à votre plan de carrière, mais à mes yeux, elle fait ressortir les aptitudes, les intentions et le courage remarquables que j’observe chez tant de jeunes gens aujourd’hui. J’ai bon espoir que vous jouerez un rôle indispensable dans la quête de solutions à beaucoup de nos problèmes. Et une façon de mettre vos talents et votre courage à contribution pour résoudre ces problèmes consiste à nous aider à avoir les conversations ou les discussions les plus pertinentes.

Si je peux vous donner trois conseils aujourd’hui, je vous dirais…

D’abord, soyez audacieux.

N’ayez pas peur de pointer du doigt ce qui cloche ou de poser des questions lorsque les choses ne sont pas claires. Prendre des risques au fil de votre carrière et vous exprimer peut faire peur. La confiance joue ici un rôle important. Communiquer avec confiance vous démarquera et montrera aux autres vos talents de leader.

Ensuite, écoutez.

En tant que commissaire à la CCSN depuis les six dernières années, j’ai appris l’importance de bien écouter. Cela signifie que je fais de l’écoute active au lieu de seulement entendre ce qui est dit. Pour écouter activement, il faut poser des questions afin de montrer aux autres que leurs paroles et opinions ont été entendues. C’est grâce à cette écoute que l’on peut réellement comprendre les perspectives de nos collègues ou de nos clients et montrer que nous tenons compte de leurs expériences. Il s’agit d’une qualité essentielle pour gagner la confiance des autres.

Enfin, apprenez de vos erreurs.

Peu importe où vous en êtes dans votre carrière, ce conseil s’applique à vous. Nous faisons tous des erreurs. Ce qui nous démarque, c’est la manière dont nous choisissons d’apprendre de nos erreurs et de nous adapter. Soyez ouvert aux critiques et prêts à modifier votre façon de penser. Cherchez toujours les occasions d’innover et de vous améliorer. Il est de plus en plus clair que les employeurs d’aujourd’hui ont des attentes élevées.

En tant que dirigeante d’une organisation, je peux confirmer que nous cherchons toujours à avoir des employés polyvalents et les « pionniers » de demain. Je suis fière du statut d’employeur de calibre mondial de mon organisation, et je suis déterminée à poursuivre nos efforts en vue d’attirer et de maintenir en poste les ingénieurs, scientifiques, professionnels et étudiants qui aideront la CCSN à respecter son mandat.

Je vous encourage tous à passer à notre kiosque dans le hall du salon professionnel, car nous voulons entendre ce que vous avez à dire et nous voulons vous inclure dans notre campagne annuelle de recrutement d’étudiants. Les conférences comme celle-ci nous permettent de nous rassembler pour discuter, écouter, apprendre et régler les problèmes pour le secteur nucléaire aujourd’hui et à l’avenir. Utilisez cette occasion pour réseauter et laisser une impression durable. Faites valoir vos forces en communiquant vos opinions de façon critique.

Soyez courageux et cherchez des occasions de démontrer les compétences générales que vous allez acquérir au cours de l’atelier d’aujourd’hui ainsi que les connaissances et l’expertise techniques que vous possédez déjà. Chacun d’entre vous a le potentiel de façonner concrètement l’avenir de notre secteur et de redéfinir la place du nucléaire dans l’ensemble du secteur de l’énergie.

Merci.

Dernière mise à jour :