Les femmes dans l’industrie nucléaire – Rencontrez certaines des femmes qui travaillent au laboratoire de la CCSN

Nucléaire au féminin

Des membres de Nucléaire au féminin (WiN) ont visité le laboratoire de la CCSN en octobre.

Le Nucléaire au féminin (WiN) est une organisation dynamique sans but lucratif qui fait la promotion des femmes dans l’industrie nucléaire en créant des possibilités de mentorat, de réseautage et de perfectionnement professionnel. La section canadienne, WiN Canada, compte plus de 1 700 membres et six sections locales d’un bout à l’autre du pays.

Du 22 au 24 octobre, plus de 150 participants, principalement des femmes, provenant de 30 entreprises et organisations du Canada, se sont rassemblés à Ottawa pour participer à la 14e Conférence annuelle de WiN Canada. Cette conférence de trois jours avait pour thème « nYOUclear – comment votre perfectionnement personnel peut contribuer à l’industrie » et comprenait des exposés inspirant et des discussions en groupe avec des chefs de file de l’industrie nucléaire ainsi que divers ateliers en petits groupes. Mais le plus important, c’est que la Conférence WiN a donné aux femmes des secteurs nucléaires et du rayonnement de tout le Canada l’occasion de partager entre elles.

Les personnes présentes ont fourni une rétroaction positive sur la Conférence et ont apprécié cette occasion unique de réseautage et de partage avec d’autres femmes de l’industrie nucléaire. Elles ont été revigorées par l’optimisme contagieux, l’engagement et l’énergie des autres membres participants. De nombreuses personnes présentes ont dit avoir hâte de mettre en pratique les enseignements tirés des séances de perfectionnement technique et professionnel dans leur travail quotidien.

Le mardi 24 octobre 2017, les participants à la conférence devaient choisir l’une des trois options de visite suivantes : les Laboratoires de Chalk River, le Musée des sciences et de la technologie du Canada ou le laboratoire de la CCSN. Le laboratoire a tenu deux visites interactives auxquelles ont participé plus de 40 membres de WiN. Les spécialistes du laboratoire ont guidé les participants dans divers secteurs de l’installation et expliqué l’équipement sophistiqué qui est utilisé pour les activités de vérification de la conformité.

Au sujet du laboratoire

Le laboratoire de la CCSN, situé sur le chemin Limebank, est à l’avant-garde des services de sûreté nucléaire offerts au Canada. Équipé de matériel de pointe et supervisé par des scientifiques et du personnel d’expérience, le laboratoire vient tout juste de célébrer le premier anniversaire de son accréditation à la norme ISO 17025, une reconnaissance officielle des capacités du laboratoire.

Lors de la visite, les participants ont pris connaissance du rôle clé que joue le laboratoire à l’appui du programme de vérification de la conformité de la CCSN. Pour assurer une évaluation continue du rendement en matière de sûreté des titulaires de permis, le personnel du laboratoire vérifie la conformité des titulaires de permis en ce qui a trait à la radioprotection, à la protection de l’environnement, aux garanties et à la préparation aux situations d’urgence. Les deux principaux secteurs d’activités du laboratoire sont l’analyse des échantillons et l’étalonnage de l’équipement.

Le laboratoire analyse des échantillons pour deux programmes : les échantillons prélevés lors des inspections et les échantillons du Programme indépendant de surveillance environnementale (PISE) de la CCSN. Le PISE est une initiative d’échantillonnage planifié par la CCSN dans le but de vérifier que le public et l’environnement se trouvant à proximité des installations nucléaires réglementées sont protégés. Les titulaires de permis doivent mettre en œuvre leurs propres programmes de protection de l’environnement et soumettre régulièrement les résultats de leur surveillance à la CCSN. De temps en temps, les titulaires de permis prélèvent des échantillons en même temps que les technologues sur le terrain de la CCSN qui prélèvent des échantillons pour le PISE. La municipalité locale et les groupes autochtones sont avisés à l’avance des activités d’échantillonnage dans le cadre du PISE et sont encouragés à suggérer des emplacements où l’on devrait prélever des échantillons.

Le service d’étalonnage des instruments procède à l’entretien planifié de tous les instruments de mesure du rayonnement afin de confirmer que les appareils fonctionnent adéquatement. L’étalonnage des instruments se fait annuellement, au minimum, et l’instrument fait habituellement l’objet d’un étalonnage complet à la suite d’une réparation.

En vedette : Les femmes au laboratoire

Une des spécialistes du laboratoire qui a animé la visite était Nadereh St-Amant, une analyste principale qui travaille à la CCSN depuis 2011. Elle a discuté de la satisfaction que lui procure son travail et de l’équipement sophistiqué qu’elle utilise quotidiennement. Les membres de WiN l’ont écouté attentivement, désireuses d’en apprendre plus de la part d’une femme qui travaille également dans le domaine nucléaire.

Nadereh affirme que son amour des mathématiques et des sciences, elle le doit à son père, un médecin qui l’a encouragée dès son plus jeune âge. Motivée par cette passion, ainsi que par des défis professionnels et éducatifs, Nadereh est un parfait exemple du rayonnement que peuvent avoir les femmes dans le secteur nucléaire. Elle croit qu’en encourageant les filles à exceller en sciences, il est possible de voir le potentiel de chacun dès leur plus jeune âge : « Cela commence en aidant les enfants à la maison à améliorer leurs compétences en mathématiques et en sciences et en appuyant leur choix de carrière, peu importe que ce soient des garçons ou des filles, afin qu’ils puissent choisir de devenir de futurs scientifiques ».

Le laboratoire de la CCSN ne pourrait avoir un volet d’échantillonnage sans sa technologue sur le terrain, Kate Peters, qui assure le prélèvement d’échantillons pour le PISE et qui assiste à l’occasion les inspecteurs lorsqu’ils prennent des échantillons dans le cadre de leurs activités de vérification de la conformité. Kate a commencé sa carrière à la CCSN en tant qu’étudiante; elle a tâté le terrain en occupant divers emplois, avant de choisir de demeurer à son poste actuel. Même si Kate travaille dans un domaine à prédominance masculine, le paysage scientifique est en pleine évolution. Elle affirme avoir rencontré de nombreuses femmes en sciences et s’attend à ce que les statistiques continuent de changer.

Le nombre croissant de femmes qui œuvrent dans le secteur nucléaire et dans les domaines des sciences, des technologies, de l’ingénierie et des mathématiques en général est apparu évident lors de la Conférence WiN de cette année, alors que des femmes d’un bout à l’autre du pays se sont rassemblées pour unifier leurs voix. Dans une industrie jusqu’alors à prédominance masculine, une vague de femmes motivées et déterminées a émergé. Le sentiment généralisé après la visite du laboratoire et la Conférence de WiN en est un de pouvoir – les femmes ont le sentiment renouvelé d’avoir leur place et une voix au sein du secteur nucléaire.

Pour en apprendre plus sur les femmes qui pavent la voie dans le secteur nucléaire du Canada, consultez la liste des membres de WiN Canada et notre module en ligne « Les femmes à la CCSN ».

Dernière mise à jour :